Et oui, le Défi'13, comme Capri, c'est fini ! La consigne du mois était LE défi avec le grand C Majuscule de Challenge, le défi ultime, celui de la technique jamais abordée, du point qui fait peur, le défi qui repousse les frontières de l'impossible... Rien de moins !

Et ce thème a carrément sauvé mon 2ème tricot-boulet de l'été.  Il est vraiment passé à un cheveu du passage vengeur à la poubelle, du carnage hargneux aux ciseaux, de la transformation rageuse en chiffon pour les vitres. Soit dit en passant, la Voilette, ça essuie bien la vaisselle ?

Ce cardigan est donc un miraculé du Défi'13.  But what was the problem : j'ai nommé le point dentelle, le cauchemar de mes soirées... Der de der pour le Défi'13 mais également pour la dentelle !

Vous voulez voir le coupable ? Z'êtes sûres que même pas peur ? Voili-voilou alors ... z'étiez prévenues. Et en plus, je vous le montre brut de décoffrage (si l'on peut dire), avant blocage, c'est dire si c'est moche !

 

Cardigan dentelle

Cardigan dentelle boutons

Cardigan dentelle détail

 

Revue de détail

★ Modèle : Cardigan Place de l'Odéon, La Droguerie, tricoté en small, aiguilles 5,5.

★ Fils et boutons : Fil Voilette (2/3 fil mohair super fin, 1/3 de fil lamé brillant), col. Princesse le Jour et boutons gravés La Droguerie. Tout comme dans le modèle ... En s'arrachant un oeil, on voit vaguement sur les photos un fil doré. J'avais envie d'un peu de bling bling. L'esprit des fêtes sans doute.

★ Résultats des courses : Comment le dire en restant polie après avoir juré comme un charretier en 3 langues pendant des semaines ? C'est à dire que pour une première tentative en maille dentelle, j'ai peut-être surestimé mes capacités... Mais pour ne rien vous cacher je n'ai pas été aidée par les explications de la fiche de la Droguerie. Dès que ça se complique (aux emmanchures, à chaque augmentation et/ou diminution par exemple), y a plus personne et débrouillez-vous toute seule, comme une grande fille que vous êtes ! Sauf que moi, je ne me suis pas du tout sentie grande fille au milieu de tous ces jetés, surjets doubles, augmentations intercalaires... j'avais besoin qu'on me prenne par la main pour me guider. Le moment où j'ai vraiment touché le fond du trou, c'est quand au montage, je me suis retrouvée avec des emmanchures larges comme une cuisse et une tête de manche de la largeur d'un poignet de bébé anémique. Bref, pour la faire courte, j'ai dû reprendre complètement les têtes de manches, allonger la longueur des manches (initialement prévues 3/4 et qui là maintenant me font des bras de singe) pour poursuivre mes augmentations et arriver ainsi à la largeur requise pour les emmanchures ! J'aurai également aimé un petit conseil d'amie sur la façon de coudre la dentelle sans que cela fasse un immonde nerf de boeuf en plein sous les bras !!!

Et alors, une fois fini, c'est comment me direz-vous ? ..."Ca fait mémé ", dixit Mister Man alors que j'enfilais la chose, un éclair désespéré au fond des yeux.

Mot de la fin...

 

Par contre, pour voir de vraies belles choses c'est ici